Menu

Accueil > Elections > Farid 2012 > CANNABIS Santé Libertés Justice > Billet Quotidien

Le pacte du logiciel libre

Depuis l’élection présidentielle de 2007, l’April va à la rencontre des Français sollicitant un mandat politique afin de les sensibiliser aux enjeux du logiciel libre. Des opérations ont ainsi été conduites à chaque grand scrutin, comme les municipales (2008), les cantonales (2008 et 2011), les européennes (2009) et les régionales (2010). Sans oublier les législatives de cette année.

Brevetabilité, mesures techniques (DRM), lois DADVSI et HADOPI, interopérabilité, vente liée, informatique déloyale... autant de sujets sur lesquels un grand nombre de développeurs et d’utilisateurs de logiciels libres, et plus largement de citoyens, souhaiteraient sans doute connaître les positions des candidats. Voilà pourquoi l’April a lancé l’initiative Candidats.fr !

|Je signe ce pacte pour au moins deux bonnes raisons, la première parce que je préfère vivre dans une société de coopération plutôt que dans la compétition, une société du partage plutôt que de l’accumulation. La seconde raison pour laquelle j’apporte tout mon soutien à cette initiative, c’est parce qu’à mes yeux, l’avenir de notre démocratie, de nos libertés, de notre organisation sociale... sera lié aux évolutions technologiques conséquence de la révolution numérique en cours et des progrès informatiques.|

"J’ai conscience que le travail des acteurs du logiciel libre participe à la préservation des libertés fondamentales à l’ère du numérique, au partage du savoir et à la lutte contre la fracture numérique. Il constitue également une opportunité pour le public mais aussi pour l’indépendance technologique et la compétitivité de la France et de l’Europe", peut-on lire dans le pacte.

"Le logiciel libre est un bien commun à protéger et à développer. Son existence repose sur le droit pour un auteur de divulguer son logiciel avec son code source et d’accorder à tous le droit de les utiliser, les copier, les adapter et les redistribuer, en version originale ou modifiée", poursuit le pacte.

"Je m’engage donc à encourager les administrations, établissements publics et collectivités territoriales à
développer et utiliser prioritairement des logiciels libres et des standards ouverts ; Défendre les droits des auteurs et des utilisateurs de logiciels libres, notamment en demandant la modification de toute disposition légale fragilisant ces droits et en m’opposant à tout projet ou proposition qui irait dans ce sens".

Voir en ligne : http://farid2012.org/spip.php?article75

Par  FARId

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don