• Lettre d'information :

  • ENCOD

    Bulletin Encod 147  13 mars

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE MARS 2018 Regards vides, visages effrayés. C'est ce à quoi j'ai fini par m'attendre chaque fois que je parle à une personne n'ayant...

    Bulletin Encod 146  16 janvier

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE JANVIER 2018 Bonne année à tous ! Une année supplémentaire de guerre contre les usagers de drogues est derrière nous ! Bien que la guerre...

    Encod Bulletin 145  1er décembre 2017

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE DÉCEMBRE 2017 Le forum Européen de l'ibogaïne s'est déroulé du 8 au 10 septembre 2017 à Vienne. La conférence a réuni bon nombre des...

  • Chanvre & Libertés

    Communiqué : Les cannabinoïdes peuvent soulager plus de 276 000 patients, le...  25 mai

    A la suite de l’intervention de Madame la Ministre Agnès Buzyn ce jeudi 24 mai 2018, trois des principales associations françaises engagées pour une évolution des lois en matière de drogues...

    8èmes journées nationales de la Fédération Addiction  16 avril

    En tant qu’association en faveur d’une meilleure politique de gestion des drogues, NORML France est affiliée depuis plusieurs années à la Fédération Addiction, ceci nous permet de faire entendre le...

    Pétition – Cannabis : L’amende ne changera rien, il faut réguler d’urgence...  25 mars

    Le 17 mars 2018, NORML France a lancé une pétition à l'attention d'Emmanuel MACRON, Président de la République, et de Nicole BELLOUBET, Ministre de la Justice. Une semaine plus tard, ce texte a déjà...

  • Union Francophone pour les Cannabinoïdes en Médecine

    Sans titre  25 mai

    Quelques jours avant la conférence internationale de l’UFCM à Paris qui aura lieu en Sorbonne, à la Faculté de Médecine, Madame la Ministre Agnès Buzyn ce 24 mai, trois des principales associations...

    Bulletin IACM du 20 Mai 2018  22 mai

    Zimbabwe: Le gouvernement délivre des licences pour cultiver du cannabis à des fins médicales Les Zimbabwéens peuvent maintenant demander des licences pour cultiver du cannabis à des fins médicales...

    Bulletin IACM du 09 Mai 2018  11 mai

    Science/Homme: L’usage de cannabis réduit la mortalité chez les patients brûlés Dans une étude portant sur 3299 patients brûlés, l’usage de cannabis était associé à une mortalité plus faible et à des...

Menu

Accueil > Actualités

Le Mexique et la stratégie mondiale contre les drogues

Version française de l’article publié dans la Jornada du 29 octobre 2013
Traduction par Pierre Charasse

LE MEXIQUE ET LA STRATÉGIE MONDIALE CONTRE LES DROGUES

Le débat mondial sur la “guerre contre les drogues” a été paralysé depuis des années essentiellement en raison de l’attitude fermée et intransigeante des Etats Unis et de l’Union Européenne, mais aussi par la Russie et la Chine qui maintiennent pour des raisons différentes une ligne prohibitionniste dure. Mais enfin les choses commencent à bouger. Plusieurs pays affectés par des politiques totalement contre-productives et socialement très coûteuses demandent et même supplient qu’il y ait un changement dans la vision des problématiques liées à l’usage de drogues dans le monde. Avec sa “Déclaration d’Antigua Guatemala” du 6 juin dernier, l’OEA lors de sa 43ème assemblée ordinaire, a réussi à ouvrir une discussion profonde sur le régime de prohibition en partant des évidences : les politiques répressives sont un échec retentissant. Les rapports annuels de l’ONU depuis des années en sont le meilleur témoignage.

La lutte contre les drogues mise en place au début du XXème siècle repose sur des bases extrêmement discutables et n’a aucun fondement scientifique. La raison d’être de toutes les conventions internationales sur la drogue depuis la Conférence de Shanghai en 1912 (Précisions de CSF : 1909 Shanghaï, et en 1912, c’est la conférence de La Haye qui donne naissance au premier traité) est la volonté des Etats Unis d’imposer au monde entier une morale puritaine du XIXème siècle caractéristique d’une partie de la société protestante anglo-saxonne pour laquelle l’abstinence est une vertu et le plaisir un péché. A l’origine cette approche avait un fort contenu raciste et xénophobe antichinois, puis cette politique est devenue un instrument du colonialisme et de l’ingérence sélective des pays occidentaux dans certaines parties du monde. Peu à peu la justification moraliste s’est érodée, mettant en évidence ce qu’il y avait derrière : une énorme hypocrisie et des intérêts peu avouables.

Cette ligne indéfendable a été remplacée dans les années 70-80 par une nouvelle idéologie occidentale prohibitionniste, fondée sur la volonté très paternaliste officiellement affichée de protéger l’être humain contre lui-même avec une approche plus sanitaire et sociale. Mais ce n’était qu’une apparence.

Avec la multiplication des conventions de droit pénal international les gouvernements ont durci les politiques prohibitionnistes et par contrecoup ont transformé la problématique de la drogue en une question majeure de géopolitique, en ignorant sa dimension de santé publique.

Durant tout les XXème et XXIème siècles jusqu’à nos jours la drogue a joué un rôle fondamental sur tous les théâtres de conflits comme source illicite de moyens financiers pour toutes les forces belligérantes gouvernementales ou rebelles comme l’a très pertinemment montré « l’Observatoire Géopolitique des Drogues » de Paris.

Ce fut le cas au Vietnam, au Liban, en Amérique Centrale (financement de la « contra » nicaraguayenne par la CIA avec l’argent de la drogue), en Colombie, dans les Balkans, en Afghanistan (premier producteur mondial, où l’OTAN couvre la production d’opium), en Irak, en Libye, dans tous les conflits en Afrique sub-saharienne, aujourd’hui en Syrie etc., etc. De plus l’amalgame qui est fait désormais avec le terrorisme permet de justifier dans le monde entier de très graves atteintes aux libertés individuelles. En définitive, chaque pays affronte ou utilise la question de la drogue à sa manière et en fonction de ses intérêts, sans se préoccuper outre mesure de ce qui devrait être la première des priorités : la santé publique. C’est pour cette raison que le refus du régime prohibitionniste est de plus en plus fort dans le monde.

Dans les interminables discussions sur la drogue il y a toute une gamme de positions depuis celle des partisans de la répression la plus brutale et mortifère à celle des ultra-libéraux comme Milton Friedman ou Georges Soros, en passant par la réduction des risques avec la distribution de produits de substitution et prise en charge médicale, la dépénalisation partielle ou totale, et la légalisation contrôlée.

Le gouvernement des Etats-Unis, qui n’a plus aujourd’hui d’arguments crédibles et qui a perdu toute autorité morale en la matière, maintient le principe de la prohibition absolue au niveau international, alors qu’il n’a ni la volonté ni la capacité d’affronter la croissance phénoménale de l’usage de drogues sur son territoire, le plus grand marché du monde. A tel point que tout récemment le Procureur Général Eric Holder a fait une proposition révolutionnaire : ne plus appliquer la loi aux petits consommateurs et trafiquants qui remplissent les prisons américaines alors qu’ils ne représentent aucun danger pour la société.

De fait les autorités américaines fédérales ou dans chaque état, s’orientent vers une politique de réduction des risques (ce qu’ils ont combattu pendant des années), c’est à dire vers la dépénalisation de l’usage des drogues (en premier lieu la marihuana) accompagnée d’une assistance sanitaire et sociale aux toxicomanes. C’est un premier pas. Logiquement le suivant devrait être un régime de légalisation contrôlée de la production, commercialisation et consommation des drogues, ce qui devrait déboucher sur une demande de révision en profondeur profonde du droit pénal international. Ceci aura pour conséquence, comme viennent de le décider le gouvernement et le parlement de l’Uruguay, de sortir de la clandestinité des actes jusqu’alors interdits par la loi mais pourtant largement répandus dans la population et de respecter l’un des premiers droits fondamentaux de l’homme, celui de disposer de son corps. Ceci avec les limitations réglementaires appliquées à d’autres substances comme l’alcool et le tabac ou les médicaments contrôlés. L’Uruguay petit pays très respecté et qui jouit d’un grand prestige international, nous montre le chemin à suivre. Le jour où les Etats-Unis renonceront à la prohibition chez eux et laisseront à chaque pays la liberté d’agir souverainement au mieux de ses intérêts intérêts nationaux, l’immense majorité des membres des Nations Unies appuieront ce mouvement salutaire. Mais ils ne bougeront pas s’il n’y a pas une forte pression internationale.

Le Mexique, pays membre de l’OCDE, du G20 et du GAFI pourrait jouer un rôle fondamental pour accélérer ce processus. Il ne l’a pas fait jusqu`à présent bien qu’il soit le pays le plus affecté au monde par la « guerre contre les drogues » : des dizaines de milliers de morts et disparus (entre 70.000 et 120.000 durant le sexennat écoulé), une violence extrême, des violations persistantes des droits de l’homme, une corruption à grande échelle. Il est prisonnier de « l’initiative Merida » qui le soumet aux exigences américaines et donnent un droit d’ingérence illimité aux services américains. Sans les ressources du « narco », l’économie mexicaine pourrait se contracter fortement. La toute récente loi sur le blanchiment en vigueur depuis juillet dernier qui introduit dans le droit pénal mexicain les recommandations de l’OCDE et de son « Groupe d’action financière-GAFI », a suscité de fortes réactions de la part des acteurs économiques « exposés » ou « vulnérables » comme les notaires, les avocats, les agents immobiliers, les grands magasins et les boutiques de luxe, les casinos, les bijouteries etc., obligés désormais de signaler leurs clients suspects par des « déclarations de soupçon ». Des avocats particulièrement astucieux ont contre-attaqué avec un argument discutable : la loi viole un principe fondamental des droits de l’homme en portant atteinte à la présomption d’innocence. Si cet argument est retenu par la justice mexicaine et fait jurisprudence, ce serait un coup fatal porté à la législation anti blanchiment au Mexique et peut-être dans d’autres pays. En attendant, avec cette loi le Mexique est face à un dilemme difficile : mettre en œuvre avec rigueur les nouvelles dispositions pénales avec le risque d’affecter sérieusement de secteurs importants de l’économie mexicaine, ou fermer les yeux en ne poursuivant que quelques délinquants mineurs, avec l’approbation tacite du GAFI, du FMI et des Etats-Unis. Dans le domaine du blanchiment les autorités américaines font preuve d’un grand laxisme et ne sont pas très regardantes sur les mouvements de capitaux en provenance du Mexique. Là encore il y a double langage.

Le chemin le plus réaliste pour arrêter le massacre sortir l’économie de la drogue de la clandestinité c’est la légalisation contrôlée, ce qui limiterait le champ d’application de la loi anti blanchiment à des activités criminelles comme les enlèvements, les extorsions, le trafic d’êtres humains, les fraudes en tout genre et bien sûr la corruption, phénomènes qui exaspèrent la société mexicaine et contre lesquels les autorités mexicaines se montrent peu efficaces.

La légalisation contrôlée permettrait aussi de mettre en place des politiques éducatives et sanitaires préventives et la prise en charge ouverte des toxicomanes ou des marginaux qui sont exposés actuellement à une attitude très agressive des différentes forces de sécurité.

L’assemblée législative du District Fédéral, la capitale mexicaine, étudie actuellement une loi libérale sur la consommation de la marijuana, comme elle l’a fait avec succès pour l’avortement et le mariage homosexuel. C’est un premier pas. Le suivant devrait être une initiative diplomatique énergique du gouvernement fédéral pour sortir le débat sur la drogue du cadre régional de l’OEA et le porter au niveau mondial devant l’ONU, le FMI, l’OCDE et le GAFI, avec une approche géopolitique et pluridisciplinaire qui aboutirait à la renégociation des conventions sur la drogue pour en annuler leur dimension prohibitionniste. Cette initiative devrait être accompagnée d’un large débat national sur le régime de la légalisation contrôlée. La société mexicaine peut apporter beaucoup dans ce débat essentiel et au niveau international le prestige du Mexique se trouverait réhaussé s’il prend la tête d’un mouvement de fond pour changer radicalement une approche dont l’échec n’est plus à démontrer.

La pire des politiques est de ne pas avoir de politique.

Voir en ligne : Pour lire l’article sur le site La Tour de Babel (site de traduction collaborative)

Dans  Monde

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don