Menu

Accueil > Actualités

Le Joint Express (version light)

Le 2 septembre, Toutes et Tous à la Bastille

N’HÉSITEZ PAS À INVITER TOUT LE MONDE, À PARTAGER CECI SUR VOS PAGES, SUR VOS MURS, PARTOUT !

Rassemblement statique

« Maintenant, la légalisation du cannabis - Nous sommes tous Uruguayens »

Le Mardi 2 Septembre 2014 de 12h à 14h

Place de la Bastille - Esplanade de l’Opéra Bastille 75011 Paris

Ce rassemblement pacifique et convivial souhaite réunir tous les amis de l’Uruguay, tous les soutiens à la candidature et à la nommination du Président de la République de l’Uruguay, Monsieur Pépé Mujica, pour le Prix Nobel de la Paix 2014, et toutes les personnes favorables à un changement de politique concernant les drogues - à commencer par le cannabis.

À cette occasion nous souhaitons manifester notre solidarité en France, à Paris, Place de la Bastille avec la politique de l’Uruguay, premier pays au monde à avoir voté une loi régulant la production et la vente de cannabis sous autorité de l’État.

Nous exigeons, comme en Uruguay, une politique française et européenne en matière de drogues harmonisée de façon novatrice et audacieuse, en total respect des droits humains fondamentaux.

Soyons nombreux, pour une pause déjeuner militante !

http://www.cannabissansfrontieres.org/nous-sommes-tous-uruguayens,1027.html

https://www.facebook.com/events/1463709510577995/

7ème et dernier volet de la série :

- MÉDIAPART - Légaliser le cannabis (7/7). Les fumeurs français se font jardiniers

(Cliquez pour retrouver les 6 articles précédents)

http://www.circ-asso.net/index.php?action=art&id=337

Dans le 7ème et dernier volet de la série d’articles proposée par Médiapart, dont le site du CIRC nous offre la primeure, il est réjouissant de lire les propos (non masqués) de Sébastien Béguerie, que l’on félicitera doublement pour toutes les actions qu’il entreprend avec son association marseillaise. Big up.

Certains sont de vrais passionnés, intarissables sur les différentes variétés, les produits (herbe, extraits, huile, etc.) et leurs principes actifs (tétrahydrocannabinol, cannabidiol, etc.). « La légalisation du cannabis médical dans 23 Etats américains a permis la publication de beaucoup d’articles scientifiques et économiques sur le sujet », explique Sébastien Béguerie, vice président du Club de la Canebière. L’association, qui vise à promouvoir les aspects historiques et économiques du chanvre, cultivé au Moyen âge dans l’actuel centre-ville de Marseille, a déposé ses statuts en juillet 2014 à la préfecture des Bouches-du-Rhône.

Quelques commentaires sur des extraits choisis :

Un mot de trop, à bannir quand on évoque le cannabis : "la défonce". Ce vocable appartient aux ennemis de la légalisation. Les amateurs du cannabis et défenseurs d’une sortie de la prohibition criminelle et catastrophique qui frappe l’utilisation de cette plante savent que le cannabis est une plante bénéfique, régénératrice, et selon le principe "que la dose fait le poison", le cannabis n’est pas mortel, il n’y a pas de dose létale connue. Stop, le cannabis peut-être bon, pour améliorer le BIEN-ÊTRE, et quand il est mauvais, c’est parce qu’on cherche "à se défoncer". En effet, il y a de fortes chances de s’intoxiquer avec du "shit" dont on ne connait ni la composition (souvent frelaté), ni l’origine (souvent du Maroc), ni le dosage précis en principes actifs (souvent léger, ce qui expliquerait la consommation "dure", "chronique", "abusive" des usagers).

Moins prudent, Thomas*, 26 ans, s’est quant à lui fait contrôler à Marseille en 2013 avec 25 grammes d’herbe – « ma conso pour deux semaines » – et une balance. En perquisitionnant chez ce jeune entrepreneur, les policiers ont trouvé une trentaine de plants végétatifs. « Ils ont saisi les lampes et les plants, mais ça les faisait plutôt rire », dit Thomas, qui ne se voit pas du tout comme un « délinquant ». « Au début on consomme du shit pour se défoncer. Puis on recherche une conso plus saine, explique-t-il. Je suis quelqu’un d’inséré, je ne dérange personne, je n’ai pas envie d’être marginalisé à cause de ma passion. »

Dans l’évocation ci-dessous, on mesure toute l’absurdité de la politique en vigueur en France. Cette hypocrisie qui gouverne, au nom de la morale, de la norme, et des valeurs de l’humanisme mais qui cache mal une réalité : l’Empereur est nu.
Quand Barack Obama déclare qu’il considère "que le cannabis est sans doute moins dangereux que l’alcool", il tire un trait sur l’absurde loi française (art. L3421-4) qui interdit de présenter sous un jour favorable la consommation de substances illicites classées comme stupéfiants.
Quand un pays comme les Etats Unis d’Amérique, berceau de cette politique de prohibition du cannabis fer de lance de son hégémonisme au sein des Nations Unies dès 1937, tourne le dos dans les sondages et bascule en faveur d’une forme de régulation légale "pour taxer" et "remplir les caisses vides des Etats", on se demande combien de temps tiendra le discours des responsables politiques français à l’égard du cannabis.

La loi considère la culture du cannabis comme une production de stupéfiants, un crime passible des assises. Ce qui transforme les cannabiculteurs en trafiquants encourant jusqu’à vingt ans de réclusion et 7,5 millions d’euros d’amende, voire 30 s’ils agissent en « bande organisée ». Mais à petite échelle, seuls l’usage et la détention de stupéfiants sont généralement poursuivis. « Si on retrouve des balances, des pochons de conditionnement avec des cultures à grande échelle, là on bascule dans du trafic ; mais ça reste correctionnalisé, on ne passe pas aux assises », explique le chef d’escadron Rémi Bouillot.

Au printemps 2013, six cannabis social clubs français ont tenté de sortir de la clandestinité en se déclarant en préfecture. Mais le mouvement a tourné court avec la condamnation, le 18 avril 2013, de leur porte-parole Dominique Broc à huit mois de prison avec sursis et 2 500 euros d’amende pour détention et usage de drogue et la dissolution de la plupart des clubs par la justice. Échaudés par l’expérience, les cercles de cannabiculteurs se font désormais discrets.

Les Inrocks font du prosélytisme

En effet, le bilan des 6 mois de l’expérience au Colorado démontre tous les résultats positifs que l’on peut espérer d’une politique de régulation légale du cannabis.

http://www.lesinrocks.com/2014/06/29/actualite/legalisation-du-cannabis-colorado-exemple-suivre-11511915/

Du changement aux USA

Alors que le Drug Tsar, Gil Kerlikowske nommé par Obama en 2010 avait osé déclarer être hostile à la notion de "guerre à la drogue" en considérant "qu’on ne peut pas être en guerre contre sa propre population", on attend toujours les premières déclarations de celui qui lui a succédé au printemps 2014, et qui ne se fait plus appelé "drug czar", mais "acting director", M. Botticelli.
Il a l’air frais, et pourtant sa biographie semble bien chargée. Dit trivialement, il en connait un rayon, à la lecture de la conclusion de son curriculum vitae :

"He is also in long-term recovery from addiction, celebrating more than 24 years of sobriety."

http://www.whitehouse.gov/ondcp/botticelli-bio

Flying Lotus : You’re dead !

Juste pour le plaisir des yeux et des oreilles, ce clip très psychédélique, voire hallucinant présentant le nouvel album de Flying Lotus : You’re Dead !, pour les amateurs de sensations fortes et de voyages cosmiques.

http://flying-lotus.com/youre-dead/

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don