• Lettre d'information :

  • ENCOD

    Bulletin Encod 146  16 janvier

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE JANVIER 2018 Bonne année à tous ! Une année supplémentaire de guerre contre les usagers de drogues est derrière nous ! Bien que la guerre...

    Encod Bulletin 145  1er décembre 2017

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE DÉCEMBRE 2017 Le forum Européen de l'ibogaïne s'est déroulé du 8 au 10 septembre 2017 à Vienne. La conférence a réuni bon nombre des...

    Bulletin ENCOD 144  1er novembre 2017

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE Novembre 2017 La situation du cannabis en Italie est très confuse, en bonne partie parce que les discussions autour d'une possible...

  • Union Francophone pour les Cannabinoïdes en Médecine

    Bulletin IACM du 13 Janvier 2018  15 janvier

    États-Unis: Une décision du Département de la Justice menace les patients qui utilisent du cannabis à des fins médicinales conformément aux lois de l’État Le 4 janvier, le Département américain de la...

    Bulletin IACM du 02 Janvier 2018  9 janvier

    Science/Homme: Le cannabis peut ralentir l’inflammation du cerveau chez les patients infectés par le VIH et peut maintenir les performances cognitives Selon une nouvelle étude de l’Université du...

    Bulletin IACM du 18 Décembre 2017  26 décembre 2017

    Science/Homme: Les États américains ayant légalisé le cannabis à usage médical ont réduit de 15% leur vente d’alcool La vente d’alcool a diminué dans les États américains qui ont légalisé la consommation...

Menu

Accueil > Actualités

Détention à domicile : Rappaz cesse sa grève de la faim

Les médecins de l’hôpital de l’Ile à Berne, où Bernard Rappaz a été transféré le 12 juillet dernier, se sont opposés à une alimentation forcée du gréviste de la faim, a indiqué à l’ATS Esther Waeber-Kalbermatten. Les risques pour sa santé étaient donc réels.

De plus, le TF avait ordonné le 15 juillet que la cheffe du département valaisan de la sécurité, des affaires sociales et de l’intégration prennent toute les mesures « nécessaires à la sauvegarde de la vie et de l’intégrité corporelle du recourant ». Les mesures prises jusqu’à présent ne suffisaient plus. En prison à la maison

La détention à domicile n’équivaut pas à une interruption de peine. Bernard Rappaz sera soumis chez lui au même régime qu’en prison. Il sera surveillé 24 heures sur 24, aura droit à une promenade quotidienne d’une heure dans un périmètre restreint et ses visites seront limités à ses seuls proches pendant un maximum de 90 minutes hebdomadaires. Il sera accompagné lorsqu’il se rendra chez son médecin.

Contrairement à l’interruption de peine, cette détention à domicile comptera dans les cinq ans et huit mois que Bernard Rappaz doit purger. Elle durera jusqu’à ce que le TF se prononce sur une éventuelle interruption de peine, décision attendue d’ici le 26 août.

Esther Waeber-Kalbermatten précise agir en fonction de la situation présente dans un dossier qu’elle qualifie de difficile. « Il faut toujours décider entre deux situation compliquées ». Elle assume ses décisions malgré les critiques qui peuvent pleuvoir.

Pour rappel, la décision d’interrompre la peine du chanvrier durant deux semaines au début mai avait agité le monde politique valaisan. Les critiques n’avaient pas manqué de la part des milieux de droite. A bout de force
Me Aba Neeman, avocat de Bernard Rappaz a indiqué à l’ATS être très heureux de la décision tombée mercredi. « Mon client, que j’ai vu vendredi dernier, était très maigre et à bout de force ». Selon lui, le chanvrier devrait être transféré chez lui dans quelques jours si tout va bien.

La position du TF sur le recours de Bernard Rappaz contre la décision d’Esther Waeber-Kalbermatten de refuser une interruption de peine tombera d’ici le 26 août. Si elle est négative, Me Aba Neeman espère que la détention à domicile de Bernard Rappaz sera maintenue jusqu’à ce que le Grand Conseil prennent position sur sa demande de grâce en novembre prochain.

Pour mémoire, Bernard Rappaz a été condamné à cinq ans et huit mois de réclusion pour plusieurs chefs d’inculpation dont la violation grave de la loi fédérale sur les stupéfiants et la gestion déloyale aggravée.

Voir en ligne : Le Matin

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don