Menu

Accueil > Communiqués

Communiqué N°89 : Le chanvre est de première nécessité pour la santé et la protection du pays !

Mercredi 12 février 2014

Communiqué N°89 : Le chanvre est de première nécessité pour la santé et la protection du pays !

La visite d’Etat de François Hollande aux Etats Unis permet aux médias de faire quelques rappels historiques et de mettre en perspective les conséquences politiques de ce voyage de très haut niveau.
On aura donc appris par le détail le parcours du Président français aux pays de l’Oncle Sam.

Mais comme souvent, la mémoire sélective des médias français tronque trop facilement certaines dimensions historiques utiles pour rebondir sur les débats transatlantiques actuels, ainsi que pour éclairer les évolutions politiques.
Et même si le sujet du cannabis fait sourire, il y a matière à mêler quelques anecdotes illustrant les rapports passés entre la France et les Etats Unis. Grâce au livre publié par Alexis Chanebeau « Le Chanvre, du rêve aux mille utilités » (Editions Platinium), on découvre quelques pages résumant l’essor des Etats Unis et les détails instructifs sur les activités des premiers présidents américains...

A l’origine des premières colonies, au 17-18e siècle, le chanvre sativa ou indica (cannabis) était légal partout. La culture de cette plante était même fortement encouragée pour garantir l’indépendance de ce pays émergent. Les récoltes de chanvre pouvaient également servir au paiement des impôts.
Mais nos médias, même les plus perspicaces ou investigateurs n’auront pas osé rappeler à la gouverne sociale-démocrate, cette citation d’un des pères fondateurs de la nation américaine qui racheta la Louisiane à la France et qui professait à son peuple :

« Le chanvre est de première nécessité pour la santé et la protection du pays » (Thomas Jefferson Farm Journal, Monticello, 16 March 1791).

Et pour ceux qui recherchent le détachement ironique, il est une légende cocasse concernant Thomas Jefferson, troisième président U.S. co-auteur de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis d’Amérique, rédigée sur du papier chanvre : il avait fait de la contrebande de graines de chanvre en provenance de Chine, lors de son séjour en France, dans le but d’en rapporter dans les colonies établies en Amérique du Nord. Georges Washington comme Thomas Jefferson n’aimaient pas le tabac. Ces deux figures sculptées au Mont Rushmore avaient l’habitude d’échanger des mixtures de marijuana provenant de leurs crus personnels, que tout deux cultivaient avec passion.

Une autre anecdote rapporté par ce livre concerne le cinquième Président des USA, James Monroe, qui s’initia à la consommation de la « Weed/Grass/Herbe », lorsqu’il était ambassadeur des USA en France en 1794 et continua ainsi jusqu’à sa mort à 73 ans.

Quoi de mieux que de fouiller le passé, pour comprendre le présent et préparer l’avenir ! Marcus Garvey, l’un des inspirateurs du mouvement Rastafari et de la libération/émancipation économique de la communauté afro-américaine disait « un peuple sans la connaissance de son passé est comme un arbre sans racines ».

En quête de recettes novatrices, Monsieur Hollande continuera sa visite officielle aux USA par une immersion dans la Silicon Valley en Californie. Il serait bien avisé de mesurer les conséquences positives de la reconnaissance en 1996, à la suite d’un vote référendaire, des vertus thérapeutiques du cannabis. Il pourrait aussi constater que la consommation de marijuana n’a pas nui à l’essor des entreprises Google ou d’Apple, dont certains des créateurs étaient de fervents consommateurs de drogues illicites. Un constat que le commun des mortels pourra faire en se documentant sur la vie étudiante du jeune Barack Obama.

Mais en ce 12 février, nous saluons surtout avec la plus grande joie la libération sur parole du fondateur de Cures not wars, Dana Beal, qui mène avec un courage exemplaire depuis près de cinquante ans le combat pour la réhabilitation totale de la culture du chanvre aux USA, et de l’utilisation de l’Ibogaïne pour traiter les conduites addictives et sortir de la dépendance.

Avec ce communiqué, nous espérons que nous ne serons pas seuls à se faire l’écho de ces informations, parce qu’avec le personnage de Dana Beal, il existe également des centaines d’anecdotes intéressantes pour mieux comprendre les enjeux de notre vie future.

Contact Presse : Farid Ghehiouèche / Skype : farid3h ; Tel : 0751 350 234

PDF - 154.4 ko
CdP_N°89_HollandeObamaFranceUSA_VF

Rejoins le collectif Cannabis Sans Frontières pour l’alternative écologique - Mouvement pour les Libertés.

1 COMMENTAIRE

  1. anti.tete.de.merde

    salut les têtes de merde

    toujours aussi efficaces à ce que l’on peut voir (...)

    c’est bien la peine de voler les affaires des autres. tout ça pour créer des coquilles vides. vous ne manquez vraiment pas de culot les têtes de merde hein

    petite satisfaction ? c’est aux gens comme vous qu’on va foutre un coup de pied dans le cul très prochainement.

    basta comme tu dis chef des têtes de merde mais cette fois c’est toi qui dégage tas de merde

    • Farid Ghehioueche

      Monsieur Nicolas Bertelle n’a même plus besoin de se cacher derrière des pseudos pour que sa prose transpire d’elle-même sa haine et sa crasse idiote.
      Stop les trolls !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don