• Lettre d'information :

  • ENCOD

    Bulletin Encod 147  13 mars

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE MARS 2018 Regards vides, visages effrayés. C'est ce à quoi j'ai fini par m'attendre chaque fois que je parle à une personne n'ayant...

    Bulletin Encod 146  16 janvier

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE JANVIER 2018 Bonne année à tous ! Une année supplémentaire de guerre contre les usagers de drogues est derrière nous ! Bien que la guerre...

    Encod Bulletin 145  1er décembre 2017

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE DÉCEMBRE 2017 Le forum Européen de l'ibogaïne s'est déroulé du 8 au 10 septembre 2017 à Vienne. La conférence a réuni bon nombre des...

  • Chanvre & Libertés

    #FreePrisca Le 21 août prochain, Prisca passe une deuxième fois devant le...  16 août

    L’article #FreePrisca Le 21 août prochain, Prisca passe une deuxième fois devant le juge : Nous ne lâcherons rien ! est apparu en premier sur NORML France.

    Les yeux dans les verts : Le CBD au travers de la Coupe du Monde...  29 juillet

    Depuis la Coupe du Monde de 1970 (3eme étoile du tee-shirt Brésilien), les pays vainqueurs du championnat de la FIFA observent une croissance économique après leur victoire. En ce jour, les Français...

    Formation NORML France #1, session 1 – Compte-Rendu  28 juillet

    Suite à la formation “prototype” qui a pris place ce printemps à Clisson en Loire-Atlantique, NORML France a repensé toute l’organisation logistique et pédagogique et décidé d’organiser à l’avenir ses...

  • Union Francophone pour les Cannabinoïdes en Médecine

    Bulletin IACM du 14 Août 2018  15 août

    IACM: La revue “Cannabis and Cannabinoid Research” fera une transition vers une publication hybride La revue Cannabis et Cannabinoid Research, partenaire de l’IACM, fera une transition vers un...

    Bulletin IACM du 31 Juillet 2018  7 août

    IACM: Nomination des Ambassadeurs de l’IACM Nous avons établi un réseau plus large qui travaillera à l’unité pour atteindre les objectifs cités dans les statuts des ambassadeurs qui se trouvent dans...

    Bulletin IACM du 29 Juillet 2018  7 août

    Suisse: Le gouvernement a l’intention de faciliter l’accès à l’usage médical du cannabis La Suisse autorise le cannabis de faible puissance avec des concentrations de THC pouvant atteindre jusqu’à 1%,...

Menu

Accueil > Actualités

Angers. La conduite sous cannabis remise en cause par des avocats

Une première en France. Un automobiliste du Maine-et-Loire, âge de 36 ans, vient d’être relaxé, alors qu’il restait dans son sang des traces de cannabis après une consommation. Ses avocats ont fait valoir une décision du conseil constitutionnel.

Cet homme, qui avait consommé du cannabis plusieurs jours avant les faits, avait été contrôlé positif aux stupéfiants après un dépistage salivaire, le 14 octobre 2011. Ses avocats, Me Pascal Rouiller et Me Vincent Jamoteau avaient alors plaidé sa relaxe devant le tribunal correctionnel d’Angers. « Il n’existe, en matière de stupéfiants, aucun seuil sérieux, aucun taux défini par la loi, pour établir une quelconque influence sur le comportement d’un automobiliste. »

Se référant à l’emprise d’un état alcoolique où un seuil minimum est déterminé pour envisager la répression, une juge d’Angers vient de relaxer leur client.

« Nous ne sommes pas pour l’impunité, mais pour une application stricte de la loi. Or, le législateur, en matière de conduite sous l’emprise de stupéfiants, n’a pas choisi la bonne qualification. » Les deux avocats angevins enfoncent le clou : « Nous ne contestons pas les dispositions concernant l’usage de stupéfiants mais celles relatives au code de la route souhaitant réprimer la conduite sous influence de stupéfiants. »

Aucun lien avec le comportement au volant

Si en matière de conduite sous l’emprise d’alcool, le législateur a fixé des taux, il n’en existe aucun en matière de stupéfiants. Les deux avocats font état d’une décision du conseil constitutionnel qui affirme :

« Il appartient au pouvoir réglementaire, sous le contrôle du juge compétent, de fixer en état des connaissances scientifiques, médicales et techniques, les seuils minima de détection témoignant de l’usage de stupéfiants. »

Me Pascal Rouiller et Me Vincent Jamoteau ont alors fourni, au tribunal d’Angers, les avis de professeurs de l’Inserm et de plusieurs médecins chercheurs. Ils disent clairement : « En matière de prise de cannabis, il faut prendre en compte deux éléments : la présence d’un principe actif appelé le THC et un principe passif le THC-COOH. »

Le THC dans le sang à un certain degré atteste d’une consommation récente de cannabis pouvant, selon les experts, perturber les facultés du conducteur. Le THC-COOH dans le sang ou les urines révèle une consommation pouvant remonter à plusieurs jours, voire plusieurs semaines, sans lien avec d’éventuels effets sur le comportement de conduire.

Pour l’automobiliste du Maine-et-Loire, ses analyses n’ont révélé aucune présence de THC, seulement du THC-COOH à hauteur de 3, 7 ng.

Le parquet d’Angers fait appel

Dans son délibéré, la juge d’Angers note d’abord : « Il est indéniable, qu’en matière d’alcool au volant, un seuil a été évalué selon l’esprit de la loi. » En ce qui concerne, la conduite sous influence de stupéfiants définie par aucun seuil, elle estime : « La seule présence de THC-COOH, au regard des connaissances médicales et scientifiques actuelles ne permet pas, en l’absence de THC qui correspond au principe actif du cannabis, d’affirmer que le comportement du conducteur se trouve modifié et qu’il y ait un quelconque effet sur la conduite d’un véhicule. »

L’automobiliste est relaxé. Le parquet d’Angers a fait immédiatement appel.

Yves LAUNAY.

Etude_USA_cannabis_medical_consommation_d’alcool_et accidents routiers

Voir en ligne : Pour lire l’article original sur le site de Ouest-france.fr

‎"Une étude conduite par les Dr D. Mark Anderson (Université du Montana) et Daniel Rees (Université du Colorado) confirme que conduire en ayant consommé du cannabis rend plus prudent et attentif, et réduit le nombre d’accidents -réduction de 9% des accidents routiers constatés dans les états disposant de lois autorisant l’accès au cannabis thérapeutique). Consommer du cannabis réduit la consommation d’alcool surtout chez les 20-29 ans. L’étude montre que l’effet de l’herbe sur les conducteurs est l’inverse de celui produit par l’alcool... les conducteurs sous l’influence du cannabis roulent moins vite, prennent de meilleures décisions et respectent les distances de sécurité..."

http://www.iza.org/en/webcontent/publications/papers/viewAbstract?dp_id=6112

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don