• Lettre d'information :

  • ENCOD

    Bulletin Encod 147  13 mars

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE MARS 2018 Regards vides, visages effrayés. C'est ce à quoi j'ai fini par m'attendre chaque fois que je parle à une personne n'ayant...

    Bulletin Encod 146  16 janvier

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE JANVIER 2018 Bonne année à tous ! Une année supplémentaire de guerre contre les usagers de drogues est derrière nous ! Bien que la guerre...

    Encod Bulletin 145  1er décembre 2017

    LE BULLETIN D'ENCOD SUR LES POLITIQUES DES DROGUES EN EUROPE DÉCEMBRE 2017 Le forum Européen de l'ibogaïne s'est déroulé du 8 au 10 septembre 2017 à Vienne. La conférence a réuni bon nombre des...

  • Chanvre & Libertés

    8èmes journées nationales de la Fédération Addiction  16 avril

    En tant qu’association en faveur d’une meilleure politique de gestion des drogues, NORML France est affiliée depuis plusieurs années à la Fédération Addiction, ceci nous permet de faire entendre le...

    Pétition – Cannabis : L’amende ne changera rien, il faut réguler d’urgence...  25 mars

    Le 17 mars 2018, NORML France a lancé une pétition à l'attention d'Emmanuel MACRON, Président de la République, et de Nicole BELLOUBET, Ministre de la Justice. Une semaine plus tard, ce texte a déjà...

    Premier week-end de formation NORML France  24 mars

    Une première pour notre association, avec l'inauguration de nos sessions de formation aux éléments de plaidoyer de NORML France. Une bonne façon d'expérimenter une nouvelle façon d'organiser des...

  • Union Francophone pour les Cannabinoïdes en Médecine

    Bulletin IACM du 09 Mai 2018  11 mai

    Science/Homme: L’usage de cannabis réduit la mortalité chez les patients brûlés Dans une étude portant sur 3299 patients brûlés, l’usage de cannabis était associé à une mortalité plus faible et à des...

    Bulletin IACM du 22 Avril 2018  23 avril

    Science/Homme: Selon deux études la légalisation du cannabis à usage médical est associée à une réduction des prescriptions d’opioïdes La mise en œuvre des lois sur le cannabis médical aux États-Unis est...

    Bulletin IACM du 07 Avril 2018  14 avril

    Science/Homme: La consommation de cannabis a été associée à une réduction de la mortalité suite aux chirurgies orthopédiques Sur un large échantillon de 9,5 millions de patients américains, qui ont subi...

Menu

Accueil > Paroles Libres

Lettre au Président de l’Université Paris-Descartes, Axel Kahn.

Puisse une voix forte rompre le silence des médias...

LETTRE

à axel.kahn,

date 23 décembre 2010 13:18

objet Bernard Rappaz.

Monsieur le président,

Permettez-moi de vous remercier chaleureusement pour vos vœux du 20 décembre et
de vous retourner les miens, bien sincères, depuis ce Malakoff que vous
connaissez bien.

Je vais effectivement réveillonner en famille et avec des amis et - ce qui est
conforme à vos prévisions – au coin du feu.

Tous n’auront pas cet avantage. Je souhaite attirer votre attention sur le cas
de Bernard RAPPAZ.

Cet agriculteur suisse cultivait du chanvre - du cannabis, si vous préférez. À
l’époque, c’était en passe de devenir légal et Bernard Rappaz était inscrit
comme "chanvrier" au registre du commerce (ou à ce qui en tient lieu en Suisse)
et payait l’impôt sur le revenu, consécutif à sa production. Un revirement
politique s’est produit et son activité est devenue interdite. Sa dernière
récolte a été détruite ; il a été condamné à des amendes astronomiques qui ont
entraîné la saisie, puis la vente, de son exploitation et il a été jeté en
prison, pour cinq ans et huit mois.

Bernard Rappaz n’a pas accepté cette (ou ces) condamnation(s) et s’est mis en
grève de la faim. Aujourd’hui 23 décembre 2010, il en est au 119e jour. Il
accomplit ce jeûne, en milieu carcéral, aux hôpitaux universitaires de Genève
(HUG), où le corps médical refuse de l’alimenter de force. Il semble qu’il ait
récemment consenti à boire un peu d’eau salée, sucrée et vitaminée, mais rien
d’autre. Cette durée est tout à fait exceptionnelle, mais le sujet est à bout.

Il y a urgence – et même extrême urgence. Tous les recours juridiques ont été
épuisés, y compris l’appel à la Cour européenne des Droits de l’Homme, qui a
estimé "ne pouvoir se prononcer sur le fond que d’ici deux ou trois ans" !

Un comité international de soutien – auquel vient d’adhérer Stéphane Hessel – a
beau s’être constitué, le combat de Bernard Rappaz ne rencontre guère d’écho, si
ce n’est – au hasard des blogs suisses – quelques commentaires haineux, du style
 : « Laissons-le mourir ». Le plus ignoble d’entre eux fait remarquer que « B.R.
est parfaitement libre de se tuer, puisque en Suisse – le suicide est autorisé
 » - et d’appeler Dignitas et Exit à la rescousse !

Tout cela m’emmène à me poser des questions sur le rôle des médias, de la presse
et de leur silence étourdissant. J’entends parler tous les soirs de ces deux
journalistes prisonniers des Talibans et cela est juste. De même qu’a été
judicieux le tumulte fait autour du sort de cette malheureuse Iranienne
condamnée à la lapidation – tumulte qui lui a, vraisemblablement, sauvé la vie.

Mais, sur Bernard Rappaz : RIEN !

Alors, monsieur le président, je fais appel à vous en tant que personnalité
éminente, parfaitement capable de faire entendre sa voix haut et fort sur le
sujet, mais si – par un hasard extrême – vous aviez des relations dans la
presse, je vous demanderais de transmettre. De mon avis, le quatrième pouvoir –
celui de l’information – ne fait pas son métier, dans cette affaire.

Si Bernard Rappaz meurt, cela fera une tache sur le drapeau suisse. Mieux
vaudrait laisser une autre empreinte, comme celle de nos pas dans la neige, à
laquelle vous faisiez allusion dans votre message de vœux.

Bien à vous,

spelaion@free.fr

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don