Menu

Accueil > Elections > Farid 2012 > Propositions politiques > DROGUES : Sortir de la prohibition

Lettre ouverte à Monsieur Montebourg, avocat de la guerre à la drogue.

Si la "démondialisation" semble être votre cheval de bataille, rien ne vous interdit de "démondialiser la prohibition", un système de contrôle international des stupéfiants (dans votre langage "la drogue") instauré au temps fort de la guerre froide en 1961, quand URSS et USA se fondaient en harmonie avec le reste du monde... pour quels résultats aujourd’hui ?

Vous aviez enquêté sur les réseaux de blanchiment, vous ne pouvez ignorer qu’à l’échelle mondiale l’économie souterraine du trafic de drogues représente des sommes colossales. Légaliser, en réglementant la production, la distribution, et la consommation selon des modalités différenciées en fonction de la toxicité scientifiquement reconnue des substances, aurait le double avantage de tarir les ressources des organisations criminelles alimentant tous les réseaux de corruption (y compris des ventes d’armes), et d’épargner des budgets consacrer à l’immense chaîne pénale pour les consacrer à une véritable prévention, voire d’engranger des recettes fiscales liées aux activités nouvelles que cette évolution sociétale permettrait.

Ne voyez vous pas que ce "système de contrôle" ne fonctionne pas, qu’il est coûteux, contre-productif, inique, raciste, qu’il porte en lui la continuation de la domination coloniale et de l’impérialisme occidental ? Faut-il vous refaire un cours d’histoire de la "prohibition" ?

N’avez-vous pas lu le rapport de la Global Commission on Drug Policy ?

Vos arguments n’en sont pas, ils sont ineptes, aussi bons que ceux de Bernard Accoyer en 2004 présentant le rapport sénatorial "Drogue : l’autre cancer"... Dommage qu’un homme comme vous, se présentant comme un rénovateur, n’ait pas encore dépasser un argumentaire aussi sot !

Vous n’êtes pas crédible. Vos arguments sont basés sur des préjugés moraux personnels.

La question de la lutte contre les addictions (addiction : maladie chronique du cerveau) : la légalisation du cannabis n’entraînerait pas de manière mécanique une augmentation de la consommation, les expériences hollandaises et portugaises en attestent, tandis que la situation française ne cesse de se dégrader. De plus, sur le plan sanitaire, garantir la qualité des produits est un gage de plus pour "contrôler les problèmes" (si problèmes il y avait, mais la loi française m’interdit toujours d’en parler simplement, et de vous écrire que le cannabis n’est pas une drogue, ou en tout cas la moins pire des drogues, si on la compare à TF1, la junkfood, les jeux de hasard et loteries, et même l’ALCOOL ET LE TABAC QUI NE SONT PAS DES "DROGUES DOUCES" comme vous l’affirmez dans vos déclarations). A contrario, l’exemple de la prohibition de l’alcool aux Etats Unis devrait vous aider à mieux réfléchir, sur les questions de la tempérance, de l’assuétude, de la dépendance, et finalement de la santé publique. Cette histoire démontre que la criminalité -et ses conséquences pour la santé et sécurité publiques- est davantage liée au cadre légal régissant les substances, qu’aux substances elles-mêmes. Un procureur de la république aujourd’hui retraité expliquait : "les drogues ne sont pas interdites parce qu’elles sont dangereuses, elles sont dangereuses parce qu’elles sont interdites".

Mais je ne peux vous épargner. Je vous défi même de prouver le contraire : A propos de la sécurité routière, des normes et des limites.
Je vous affirme que le cannabis renforce la sécurité routière : d’une part, la menace des tests salivaires aléatoires fournie une raison majeure de bonne conduite (tandis que l’alcool reste toléré), surtout quand on sait qu’un nanogramme suffit à vous poser des problèmes et peut-être bouleverser votre vie... Secundo, les personnes qui conduisent en état d’ivresse cannabique, à la différence des personnes alcoolisées, ont tendance à sous évaluer leurs capacités, à reconnaître leur état diminué et surtout à "mettre la pédale douce"...

Concrètement, il y a 5000 victimes par an d’accidents mortels sur les routes en France, 235 seraient imputables au cannabis, tandis que la vitesse, et l’alcool, demeurent les causes principales. Depuis 1970, le nombre d’usagers du cannabis est passé de quelques dizaines de milliers à plusieurs millions (4 générations de jeunes de 20 ans), le parc automobile s’est agrandit ce qui augmente d’autant les risques d’accidents, tandis que la consommation d’alcool a globalement diminuée... Certes, la sécurité des véhicules s’est améliorée et les contrôles renforcés, mais il est quasi sûr que le cannabis a contribué à modifier le comportement des automobilistes, et cela pour une meilleure sécurité sur les routes.

Ne faudrait-il pas plutôt PROHIBER la vitesse, et rendre obligatoire la construction de véhicules ne dépassant pas 130 KM/H ? On pourrait sans doute développer des véhicules moins énergivores...

Et pour reprendre votre image de la ligne blanche : Imaginez-vous cette route sur laquelle près d’un quart des automobilistes (tous clandestins, sans permis de consommer) rouleraient en infraction, au delà de la limite obligatoire, et dans les deux sens : aucun doute, l’insécurité est permanente et les risques d’accidents nombreux... C’est cette société que vous souhaitez pérenniser ?!

Pour que l’interdit fonctionne, il faut qu’il est un sens, et qu’il soit compris.

Pour que l’interdit existe, il faut redéfinir une politique, qui ne soit pas mensongère et hypocrite.

Pour que les limites soient respectées, il n’est pas nécessaire de pénaliser les usagers, mais simplement les "éduquer" en les informant au mieux, pas en les considérant à priori comme délinquants ou malades.

Enfin, Monsieur Montebourg, vous vous targuez d’être un homme de territoire, mais vous semblez totalement ignorer l’histoire du chanvre ? Connaissez-vous le musée de Bligny-sur-Ouche ? Mais que faisait-on aux "Filières" et à Chenove ou Chavanne, avant que le système prohibitionniste éradique ces cultures au profit des lobbys pétro-pharmaceutiques et agro-alimentaires ? Demandez aux anciens chanvriers de Pont de Vaux / St Trivier de Courtes, pour quelles raisons le "Rouissage" est-il interdit -au prétexte que les poissons en souffriraient (sic)-, quand des PCB polluent gravement les écosystèmes ?

J’aurai bien d’autres arguments à vous donner pour vous convaincre de changer d’avis, pour que vous ayez une chance réelle d’emporter mon suffrage dans le cadre des "Primaires citoyennes".

Mais je demeurerai le 7ème candidat, avec les 7 propositions de la campagne Altermondiste LiberTerre. Je voterai "NUL", avec un bulletin rose.

En signe de protestation face à l’incurie du Parti Solférinien à proposer une alternative véritable au système dominant, mais aussi en hommage à Coluche qui signait sa profession de foi "tous ensemble pour leur foutre au cul"... Nous ne sommes pas en 1981, mais 30 ans plus tard, et la situation s’est aggravée depuis, le PS n’a pas "changé la vie". Le bulletin Blanc est un bulletin nul, je choisis le bulletin noir de la vigilance et de l’esprit pirate.

Le 9 et le 16 octobre, je voterai "NUL", avec un bulletin "rose" d’une simple feuille de papier toilette, qui suffira pour m’exprimer, à défaut d’avoir le choix.

Bien cordialement,

FARId Ghehiouèche http://farid2012.org

Voir en ligne : http://farid2012.org/spip.php?article31

Par  FARId

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don