Menu

Accueil > Elections > Européennes 2014

Elections européennes - 25 mai 2014

Pourquoi voter pour "Cannabis Sans Frontières"

Un programme, des engagements politiques

Chaque parti politique se doit de présenter les idées qui l’animent, mais aussi les propositions qu’il formule pour attirer le choix des électeurs.
Voici quelques unes des bonnes orientations et des propositions que nous faisons dans le cadre de cette campagne électorale.

Signataire du Manifeste européen d’ENCOD reprenant les recommandations du Parlement européen votées en 2004, nous nous efforcerons de faire appliquer cet engagement.

Au-delà, nos revendications politiques au niveau national sont axées sur deux thèmes : l’urgence médicale pour des centaines de milliers de personnes qui se soulagent au quotidien avec du cannabis ; et la lutte active contre les discriminations, en particulier à l’égard des usagers de drogues illicites qui subissent le harcèlement policier, engorgent les tribunaux et surchargent les prisons.

Concrètement, nous invitons tous les électeurs et nos sympathisants à signer et faire signer la pétition « Weed Like to talk » visant l’objectif de réunir 1 million de signataires dans l’UE.

Concrètement, nous appelons en France à l’organisation d’un « Grenelle du cannabis pour la réforme de la loi du 31 décembre 1970 »

Concrètement, nous invitons les pouvoirs publics en France à adopter des mesures d’urgence pour permettre la culture du cannabis à des fins domestiques et notamment pour une utilisation thérapeutique.

Concrètement, nous demandons l’abrogation de l’article L.3421-4 (ex. L630) du Code la santé publique qui empêche tout débat rationnel et de mettre en oeuvre une politique de prévention efficace.

Concrètement, Cannabis Sans Frontières - Stop la prohibition s’engage au-delà de la réforme de la politique des drogues, sur des thématiques connexes comme la liberté de circulation, la liberté de réunion, la liberté de conscience.

En hommage aux luttes et victoires de Georges Apap, Cannabis Sans Frontières - Stop la prohibition reprend à son compte cette maxime :

« Les drogues ne sont pas interdites parce qu’elles sont dangereuses, elles sont dangereuses parce qu’elles sont interdites ».

MANIFESTE POUR DES POLITIQUES DES DROGUES SAINES ET SÛRES EN EUROPE.

En tant que candidat aux élections au Parlement Européen en mai 2014, je déclare apporter pleinement mon soutien aux recommandations du Conseil Européen suivantes. Elles sont issues du Rapport Catania et ont été approuvées par le Parlement Européen en décembre 2004 :

1) Proposer, les moyens suggérés étant inadaptés, des voies entièrement différentes afin d’atteindre l’objectif général du projet de stratégie antidrogue de l’UE, en donnant la priorité à la protection de la vie et de la santé des usagers de substances illicites, à l’amélioration de leur bien-être et de leur sécurité.

2) Fixer des normes minimales visant à améliorer la disponibilité et l’efficacité des interventions par des mesures de réhabilitation, qui s’appuieraient sur les meilleures pratiques des États membres et auraient comme objectif la réduction de l’impact de l’usage de stupéfiants sur la société.

3) Insister davantage sur les aspects liés à la réduction des dommages, à l’information, à la prévention, aux soins et à l’attention portée à la protection de la vie et de la santé des individus présentant des problèmes liés à l’usage de substances illicites, et définir des mesures permettant d’éviter la marginalisation des personnes touchées plutôt que mettre en œuvre des stratégies de répression à la limite de la violation des droits humains fondamentaux et qui, souvent, ont donné lieu à de telles violations.

4) Insister sur le renforcement des actions d’information, lesquelles doivent se fonder sur la connaissance scientifique quant aux conséquences de l’usage des divers types de drogues (principalement les drogues synthétiques), afin que chacun puisse être mis en garde de manière à la fois claire et ferme.

5) Définir et renforcer de façon exponentielle la participation et l’engagement des toxicomanes et des consommateurs de substances illicites, de la société civile, des ONG et du secteur bénévole ainsi que de l’opinion publique dans la recherche de solutions aux problèmes rencontrés, plus particulièrement en associant davantage les organisations qui œuvrent sur le terrain pour les activités du Groupe horizontal "drogue", en organisant chaque année une initiative européenne de prévention, et en prévoyant, sur une base expérimentale, des centres informels facilement accessibles en vue de réduire les dommages et mettre en œuvre une stratégie antiprohibitionniste.

6) Procéder à l’augmentation significative de l’aide au développement des pays producteurs de drogue au travers de la mise en œuvre de programmes assurant le financement de cultures alternatives durables et de la réduction drastique de la pauvreté ; examiner également la possibilité de favoriser et de protéger la production à des fins médicales et scientifiques d’opiacés, par exemple, ainsi que prendre en considération la possibilité de lancer des projets pilotes pour la production industrielle de produits licites dérivés des plantes couvertes par la convention de 1961, comme la feuille de coca et le chanvre indien.

7) Prévoir et assurer l’accès à des programmes de substitution, en portant une attention particulière à l’environnement carcéral, tout en encourageant l’application de mesures de remplacement à l’incarcération des consommateurs de substances illicites ou pour les délits mineurs et non violents liés à ces dernières.

8) Développer la recherche sur l’usage de plantes actuellement illégales ou dans une zone grise, comme le chanvre indien, l’opium ou les feuilles de coca, dans les domaines de la médecine, de la sécurité alimentaire, de l’agriculture durable, de la constitution de sources d’énergie alternatives, du remplacement de produits à base de bois ou de pétrole ou pour d’autres fins utiles.

9) Réviser la décision-cadre relative au trafic de drogue afin de tenir compte des points de vue exprimés par le Parlement, dans le respect des principes de subsidiarité et de proportionnalité inscrits dans les traités.

10) Mener une étude scientifique sur les coûts et les avantages des politiques actuelles de contrôle des stupéfiants qui comporterait en particulier :
 une analyse du cannabis et de ses différents dérivés licites et illicites, afin d’en évaluer les effets, le potentiel thérapeutique de même que les résultats de politiques de criminalisation et les alternatives possibles ; une analyse de l’efficacité des programmes de distribution d’héroïne sous contrôle médical à des fins thérapeutiques sous l’angle d’une réduction des décès liés à la drogue ; une analyse des coûts économiques, juridiques, sociaux et environnementaux des politiques de prohibition en termes de ressources humaines et financières nécessaires à l’application de la législation ; une analyse de l’impact sur les pays tiers des politiques actuelles menées dans le cadre de la stratégie européenne aussi bien que du système mondial de contrôle de la drogue.

Ces recommandations, ont été rédigées dans le Rapport Catania il y a presque dix ans. Aucune n’a été mise en oeuvre.

Une fois élu(e) au Parlement Européen, je rappellerai régulièrement aux autorités de l’UE ses manquements à l’application des recommandations faites par le Parlement Européen il y a presque dix ans. Vous pourrez me demander des comptes rendus sur mes efforts pour attirer l’attention de mes collègues à chaque fois que s’en présentera l’occasion.

Au nom de et avec le soutien de mes 30 co-listiers, je m’engage de mettre tout en œuvre pour l’application complète du Manifeste ENCOD.

Farid Ghehiouèche
Tête de liste "Cannabis Sans Frontières - Stop la prohibition !" - Paris-Ile-de-France – Panneau électoral : N°6

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don