Menu

Accueil > Campagnes

Demande de soutien

Pétition des réseaux d’ONG hongroises

Les quatre organisations représentant les professionnels travaillant dans le domaine de la prévention, du traitement et de la réduction des risques liés aux drogues, ont été surpris par la décision du gouvernement dénonçant la stratégie nationale actuelle, afin d’en élaborer une nouvelle. Nous exprimons notre préoccupation face à cette décision, prise sans consulter les organisations professionnelles, ni même en discuter avec le haut conseil consultatif du gouvernement en charge de mettre en oeuvre cette politique - le Comité de coordination de drogues (KKB) - Cette annonce sonne comme un ultimatum.

Ceci est d’autant plus inquiétant, que les budgets pour cette politique de lutte anti-drogues ont diminués de moitié par rapport à l’année précédente, et que le pays se retrouve sans coordination efficace tant pour la définition la stratégie antidrogue que de son application ! Tout cela, au moment où la Hongrie assure la présidence de l’Union européenne.

L’adoption de la Stratégie nationale antidrogue en cours (2010-18) a été précédée par un processus de consultation approfondie de spécialistes, avec la participation des représentants des divers acteurs sociaux et prestataires de services, des experts internationaux et, grâce à une consultation publique sur Internet, un large pan de la société civile. Ce document figeant un consensus notamment basés sur des preuves scientifiques, en droite ligne des recommandations internationales et de la stratégie antidrogue de l’Union européenne. La Stratégie nationale antidrogue n’est pas un empilement de dogmes, au contraire, elle porte des principes et des objectifs en accord avec l’état de nos connaissances scientifiques, dans le but de préserver la vie et la santé des individus. Si l’actuelle stratégie antidrogue devient inacceptable pour le gouvernement [hongrois], cela sous entend à la fois que l’avis des organisations professionnelles et celui de l’opinion publique sont aussi inacceptables, au même titre que la stratégie antidrogue de l’UE approuvée par 27 États membres.

Nous défendons des principes de l’actuelle stratégie antidrogue - le respect des Droits de l’Homme et la dignité humaine, l’égalité d’accès aux traitements, le droit à la santé, la priorité aux résultats prouvés, le partenariat et l’action collective, une approche globale et responsable - car ce sont les pierres angulaires d’une stratégie nationale antidrogue réaliste. Nous croyons que la préservation de la vie et le respect des libertés civiles ne sont pas contradictoires mais complémentaires des actions et inter-dépendants. Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes de drogues sans respect des droits de l’homme et de la dignité de tous les êtres humains.

Désormais, nous dénonçons tous les efforts comme erratiques et irresponsables qui tentent de diviser la communauté professionnelle, un front idéologique de longue date, au lieu de fournir des ressources adéquates et un soutien politique à mettre en œuvre, une stratégie nationale antidrogue soutenue par un consensus professionnel. Nous soulignons que l’absence d’une stratégie antidrogue efficace fonctionnant avec des ressources financières adéquates et un soutien professionnel, porte atteinte à la prévention, au traitement, à la réadaptation et la réduction des risques - comme une nuisible conséquence qui peut être mesurée non seulement en argent mais en vies humaines.

Nous demandons au ministre Miklós Réthelyi et au vice-premier ministre Tibor Navracsics d’entamer des négociations avec les représentants des organisations professionnelles et de reprendre et présider une session extraordinaire de l’KKB pour discuter de la situation et des étapes futures du gouvernement. Nous demandons également au gouvernement de fournir des ressources financières adéquates pour assurer la survie des services de sauvetage en Hongrie.

Budapest, 21 Décembre 2010.

- - S’il vous plaît soutenez notre pétition et encouragez vos pairs et collègues en l’envoyant par mail, ou partagez cet article sur Facebook ou Twitter !

Merci pour votre aide !

***************** TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS *******************

****************** ENGLISH VERSION **************************

Action appeal from HCLU - http://drogriporter.hu/en/drugstrat

Dear activists ! Dear service providers ! Dear researchers and decision makers !

Your Hungarian peers need your help – we should direct international attention to our problems in order to put pressure on the Hungarian government to listen to us and return to the values of a balanced, evidence-based drug policy.

All services providers, professionals and activists can join the petition of the Hungarian NGO networks by sending us the following information :

1) Your name

2) Your title/position

3) The name of your organization/institute

4) Your country of residence

Our email is tasz@tasz.hu, please put "Petition" in the subject !

The four umbrella organizations representing professionals working in the prevention, treatment and reduction of drug related problems were taken aback by the decision of the government to denounce the current national drug strategy and to draft a new one. We express our concern that this decision was made without consulting professional organizations : not even discussing it with the government’s highest level advisory board, the Drug Coordination Committee (KKB) – it was only announced as an ultimatum.

It is especially alarming that while available financial resources for drug policy interventions were cut in half compared to the previous year, the country will be without an effectively operating drug coordination and drug strategy ! All this is happening when Hungary is to take over the presidency of the European Union.

The adoption of the current national drug strategy (2010-18) was preceded by an extensive professional consultation process, with the participation of the representatives of various professionals and service providers, international experts and, through an online public consultation, the whole civil society. A consensus-document was created that is fully in line with scientific evidences, with the international recommendations on drug policy, as well as with the drug strategy of the European Union. The national drug strategy is not a collection of dogmas ; on the contrary, it includes principles and goals in accordance with our scientific knowledge and the aim to preserve life and health. If the drug strategy is unacceptable for the government it presumes a message that professional views and organizations in support of it are also unacceptable, as well as the EU drug strategy approved by 27 member states.

We stand up for the principles of the drug strategy – the respect of human rights and human dignity, the equal access to treatment, the right to health, the priority of evidence, partnership and collective action, comprehensive approach and accountability – because these are the cornerstones of a responsible national drug strategy. We believe that the preservation of life and the respect of civil liberties are not contradictory but supplementary and inter-dependent actions. We cannot tackle drug problems without respecting the congenital human rights and dignity of all human beings.

Henceforward we denounce all efforts as erratic and irresponsible that attempt to divide the professional community and society along ideological frontlines instead of providing adequate resources and political support to implement the national drug strategy supported by a professional consensus. We emphasize that the lack of an effectively operating drug strategy with adequate financial resources and professional support undermines prevention, treatment, rehabilitation and harm reduction services – as a consequence harms can be measured not only in money but in human lives.

We ask Minister Miklós Réthelyi and Deputy Prime Minster Tibor Navracsics to initiate negotiations with the representatives of professional organizations and reconvene and chair a special session of the KKB to discuss the situation and the future steps of the government. We also ask the government to provide adequate financial resources to ensure the survival of life-saving services in Hungary.

Budapest, 21 December, 2010.

— - Please support our petition and urge your peers and colleagues to do so by emailing them, or sharing this article on Facebook or Twitter !

Thank you for your help !

Voir en ligne : Appel d’action de HCLU

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Soutenir par un don